Une bonne cinquantaine de policiers manifestent en soutien d’un collègue mis en examen pour homicide à Paris

Publié le 02/05/2022

Ce lundi 2 mai 2022 à 12 h 30, une bonne cinquantaine de policiers se sont rassemblés devant le Palais de Justice de Perpignan à l’appel des syndicats Alliance (CFE-CGC) et UNSA Police. Ils dénoncent la mise en examen pour homicide volontaire de leur collègue parisien qui avait fait usage de son arme dernièrement sur le Pont-Neuf. Pour le secrétaire Départemental Franck Rovira, retenir le caractère « volontaire » dans l’homicide de deux personnes le soir du 24 avril à Paris est « incompréhensible, inconcevable et inadmissible ». Lui et les policiers présents demandent que la légitime défense soit reconnue dans cette affaire : « Nous ne dénonçons pas le fait que notre collègue soit mis en examen. Il faut éclaircir ce qu’il s’est passé, et c’est normal. Ce qui nous révolte, c’est qu’on retienne le motif d’homicide volontaire ! » La section des retraités du syndicat Alliance Police Nationale était représentée par Jean-Raymond Pagniez, secrétaire régional adjoint pour le Languedoc-Roussillon, mobilisant une bonne quinzaine d’adhérents, même non syndiqués, dont deux commandants de CRS retraités qui ont dirigé les CRS 27 de Toulouse et 22 de Périgueux. La solidarité est toujours de mise entre les Policiers actifs et les Policiers retraités, c’est une famille. Photos du syndicat ALLIANCE Police Nationale 66. Le correspondant départemental du Journal Catalan Hervé Oriol, adhérent retraité n’a pu se rendre sur place pour raison de santé, mais approuve sa solidarité en rédaction de cet article de presse.

Prise de parole du secrétaire départemental Franck Rovira
Mise en place par les responsables d’Alliance PN 66
Rassemblement devant le Palais de justice
Les retraités solidaires des actifs ont répondu présent
La télévision locale est présente sur les lieux du rassemblement
Au centre, le secrétaire départemental Franck Rovira
Ils ne s’étaient pas vus depuis longtemps, l’amitié est plus forte que tout.
Franck Rovira donne des explications de ce rassemblement à ses collègues