Des Pyrénées-Orientales à la Catalogne à vélo !

Publié le 18/05/2022

Hermeline Malherbe, Présidente du Département a présenté ce vendredi 13 mai les actions départementales dans le cadre du projet européen BiciTransCat. Le projet vise le développement d’un nouvel axe de mobilité durable transfrontalier structuré autour de la véloroute EuroVélo8 reliant Athènes à Cadix. La Présidente du Département était accompagnée de Jean Roque, vice-Président en charge des mobilités, de Louis Caseilles, Maire de Saint-Laurent-de-Cerdans, de Bastien Dillard, 1er adjoint au Maire de Le Tech, et de Ingrid Dunyach, Conseillère communautaire de la Communauté de Communes du Haut Vallespir.

La Présidente du Département des Pyrénées-Orientales, Hermeline Malherbe, a valorisé ce projet transfrontalier qui permet de « mettre des véloroutes au service de nos concitoyens. Cela s’inscrit dans la politique volontariste du Département quand il s’agit des déplacements quotidiens et touristiques. Par ce projet, nous créons des réseaux du quotidien tournés vers les loisirs, et accessible au plus grand nombre. Cette volonté politique que nous portions déjà avant la crise de la Covid-19, nous la portons aujourd’hui avec davantage d’enthousiasme encore. » Le projet européen BiciTransCat a comme objectif de relier les principales destinations touristiques de la province de Girona et des Pyrénées-Orientales grâce à un itinéraire cyclable interconnecté aux différents modes de transports publics. Il est dans la continuité du projet de véloroute transfrontalière Pirinexus de 350 kilomètres porté par le Consorci Vies Verdes de Girona, le Pays Pyrénées Méditerranée et le Département des Pyrénées-Orientales. Ce projet s’inscrit dans la volonté du Département de développer des mobilités durables permettant des alternatives aux axes routiers traditionnels. Il s’agit d’un engagement politique fort du Département de construire 265 kilomètres de pistes cyclables en cinq ans dans le cadre de la concertation « Imagine les P.O. ».

Cela permet ainsi de répondre aux attentes touristiques fortes sur le territoire tout en proposant de nouvelles alternatives durable aux usagers. L’utilisation de moyens de transports doux tels que le vélo vise à être renforcée grâce à ce projet et à l’amélioration de l’intermodalité avec les autres moyens de transports. BiciTransCat prévoit de faciliter l’utilisation combinée du vélo avec d’autres transports en commun comme le bus ou le train. Cela passe par l’amélioration des informations disponibles sur les itinéraires, les horaires et les services de location de vélos, la disponibilité de porte-vélos dans les cars et l’installation de parcs à vélos et de bornes électriques.

Plusieurs réalisations ont été permises dans ce projet, notamment la véloroute reliant Argelès-sur-Mer à Sorède sur 8 kilomètres ou encore la liaison entre la Forge-del-Mitg et Saint-Laurent-de-Cerdans sur 4 kilomètres du côté français. Ces aménagements sont le fruit d’études de terrain poussées sur le territoire ayant mis en avant plusieurs solutions :

• l’analyse de l’offre cyclable et de l’intermodalité, permettant aux professionnels du tourisme de consulter les conditions existantes de voyage en train et vélo ;

• le développement d’une application numérique unique regroupant toute l’information sur la mobilité, permettant aux usagers de planifier leurs déplacements.

• La standardisation des données cyclables selon le modèle national français, permettant le suivi du plan national des véloroutes de façon ouverte et le développement d’une application mobile de calcul d’itinéraires cyclables prochainement présentée.

BiciTransCat est un projet européen ayant débuté le 1er octobre 2017. Il prend fin le 31 mai prochain. Durant cette période, le Département aura investi plus de 93 % du budget prévu, soit plus de 1,4 millions d’euros pour ce projet de plus de 4,6 millions d’euros. Les autres partenaires impliqués dans le projet sont la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée Métropole, l’Ajuntament de Figueres et le Consell Comarcal de l’Alt Emporda.

C’est une première étape essentielle et préalable à un important travail de déploiement dans les années à venir sur l’axe transfrontalier catalan qui permettra de poursuivre et parfaire le développement des nouvelles offres de mobilités douces entre les Pyrénées-Orientales et la province de Girona.