Hubert Levaufre : « Après le couvre-feu, voici revenu le temps du : re-confinement… »

Publié le 04/11/2020

Hubert Levaufre, gérant de la Ferme de Découverte de Saint-André, nous communique sous le titre « Après le couvre-feu, voici revenu le temps du : « re-confinement… » », avec prière d’insérer :

« Après le couvre-feu, voici revenu le temps du : « re-confinement ! »

Ça n’a jamais été aussi facile de sauver des vies : « Restez à la maison ! »

Bis repetita: Alors que le ridicule tue moins que le Covid-19 le message est clair: « planquez-vous, faites exercer votre droit de retrait, restez chez-vous, laissez mourir l’économie, Amazon s’occupe du reste ! »…

  • Parce que la saturation des hôpitaux est annoncée imminente et que le couvre-feu n’a jamais été dissuasif ;
  • Parce que le numéro de téléphone à chaque repas au restaurant semblait aussi grotesque que l’application Stop Covid*
  • Parce que : « Disneyland ouvert et les fêtes foraines fermées ! » allait devenir « le bon, la brute et le coronavirus ! » et peut-être finir en « western national ! » ;
  • Parce que l’aide aux petits commerces n’est qu’un mensonge de plus, et que les petits commerce vont disparaître les un après les autres;
  • Parce qu’il n’y a plus aucune justice dans ces méthodes … ils préfèrent re-confiner.

Alors que la colère du 1er confinement semblait maîtrisée…

  • Alors que beaucoup d’enfants et personnes âgées avaient été très impactée par des conditions atroces d’isolements ;
  • Alors que les petits commerçants prenaient plus de précautions que la grande distribution et qu’ils ont préféré les sacrifier ;
  • Alors qu’à cause de tous ces mauvais choix il y aura d’autres déconfinements, re-confinements et d’autres vagues successives ;
  • Alors que cette crise douloureuse entraînera la pire récession depuis la deuxième guerre mondiale ;
  • Alors que certains souhaitaient privilégier le commerce de proximité et les circuits courts, voire même repenser leur consommation comme un acte citoyen en rejetant la consommation de masse ;
  • Alors que les drives des hyper et supermarchés pouvaient couvrir les besoins essentiels et éviter la mort des petits commerces ;
  • Alors que certains préfèreront mourir du Covid que mourir de faim…

Ce re-confinement et cette manière de prendre les Français pour ce qu’ils ne sont pas, mettra la France en colère ! D’autant que nos deux Gouvernements successifs et l’Union Européenne avaient dix mois pour adapter la préventions et le milieu hospitalier à cette situation d’urgence: « l’ont-ils fait ? »

« Personne ne comprend plus rien à cette débandade, alors qu’ils prétendaient tous que nous avions le meilleur système de santé au monde ! »

Les Français exigeront des explications, car selon l’Indépendant du 24 Octobre il y aurait actuellement à Médipole Cabestany 6 lits prévus covid-19* alors que 4 étaient déjà pris.

En annonçant que Médipôle était presque à saturation avec 6 lits de réanimation « de qui se moque-t-on? »

Ces cliniques ont-elles été suffisamment sollicitées, il parait que non et les cliniques et hôpitaux privés s’en étaient déjà indignés dès le mois de mars. Il s’en est suivi ce que nous avons tous observé, que les primes leurs avaient été refusées.

Des situations ubuesques qui seront dénoncées dans les prochaines exaspérations qui commencent enfin à s’exprimer… « Il était temps ! » D’autant que ces cliniques avaient les moyens de mieux-faire et que nous avons tous en souvenir que le groupe Médipôle avait été épinglé dans le scandale financier « Panama Papers », concerné par la détention de comptes offshore dans ce paradis fiscal.

« Des situations ubuesques qui seront dénoncées par des petits commerçants contraints de brader leurs marchandises, leurs patrimoines et toute une vie ! »

Comme dans « La Ferme des animaux » la colère viendra des humiliations, avec le risque de devoir combler le manque de personnel médical par des brigades répressives.

Comme dans la Ferme de Mr Jones, les affamés, les plus frustrés et ceux que l’on aura pris pour ce qu’ils ne sont pas … se jetteront sur les bourreaux.

Comme les personnages de Georges Orwell, les autorités auront beau les fouetter, les plus mécontents entreront en rébellion contre la dégradation des conditions de vie imposée durant ce processus d’enfermement. Plus besoin d’être visionnaire pour comprendre que cette situation sera aggravée par le chômage d’entreprises poussées à la faillite.

La première menace du couvre-feu avec 12 000 gendarmes et policiers déployés sur 54 Départements n’aura pas suffi à faire respecter les règles. On peut néanmoins se questionner sur ces méthodes autoritaires et si ce n’est pas 12 000 salariés dans le domaine médical qu’il aurait fallu prévoir ? La création de lits supplémentaires et la sur-embauche de personnel médical aurait coûté bien moins cher que toute notre économie mise à genoux.

Plusieurs maires de grandes villes réagissent enfin, parmi lesquelles Paris, Bordeaux, Montpellier ou encore Nice, réclament une « équité de traitement » entre les commerces de proximité et les grandes surfaces, certaines villes dont Perpignan agissent sous forme de décrets : « il était temps ! »

Coronavirus : coachs et psychologues au chevet des entrepreneurs et de toute une population au bord du suicide.

Certains chefs d’entreprise donnant tout d’eux-mêmes, jusqu’à la vie parfois. Le travail de toute une vie et des fonds de commerce qui ne vaudront plus rien. Sur fond de crise économique liée au covid-19, certains chefs d’entreprise et salariés vont se retrouver dans une souffrance extrême. Certaines situations deviendront très graves, alors que certaines administrations et associations devraient se mobiliser pour tentent de les aider à s’en sortir : « le feront-elles ? »

Il faut réagir très rapidement, car se sera à cause d’humiliations et des difficultés financières qu’il y aura l’assaut des centres commerciaux et des administrations.

Reprise en boucle, certaines haines pourraient attiser un début de révolte, mais pas que…

Comment est-il concevable d’obliger des magasins à fermer et qu’un gouvernement reproches aux propriétaires de ne pas offrir la gratuité du loyer ?

Quel est ce jeu gouvernemental de dresser les locataires contre les propriétaires alors que certaines villes ont dû prendre à leur charge la première procédure de confinement. Mais toutes ne l’on pas fait, alors que cette prise en charge de loyers des établissements contraints d’interruption d’activité aurait du être assumée par les donneurs d’ordres. Quand le réveil des esprits saints se fera, la situation entraînera une colère généralisée ! Et cela alors que chacun avait été prévenu des dangers de certaines humiliations et qu’ils savaient parfaitement les souffrances engendrées par les circonstances qui poussaient locataires et propriétaires à la ruine !

Dans l’autre roman 1984* publié en 1949, Georges Orwell n’aurait jamais imaginé que ce soit la France et quelques démocraties Européennes qui reproduiraient une satire aussi irresponsable et absurde que celle que nous constatons aujourd’hui .

C’est d’une succession d’inconséquences et d’une forme d’abrutissement des médias que viendra la situation explosive. Identique au mouvement précédent des bonnets rouges* et gilets jaunes*, nous risquons cette fois encore que ce soit la colère qui pousse le gouvernement à accélérer et améliorer les étapes suivantes en faveur de l’emploi et d’un « Pacte d’avenir pour la France ».

En espérant de tout cœur (et crions le très fort) que l’ordre nouveau évoqué par certains ne devienne pas « Les loups sont entrés dans Paris* » à suivre ? … »

*Stop Covid très peu téléchargée par les élus de la République qui une fois encore n’avait montré aucune solidarité à une solution totalement absurde, avant que l’application TousAntiCovid-19 permette enfin de façon plus efficace de prévenir ses proches.

*Premier confinement : une mesure sanitaire mise en place du 17 Mars au 11 Mai 2020 (55 jours, soit 1 mois et 25 jours) qui s’insère dans un ensemble de politiques de restrictions de contacts humains et de déplacements en réponse à la pandémie de Covid-19 en France. Le confinement formant le « stade 3 » de la lutte contre la propagation de l’épidémie implique la restriction des déplacements au strict nécessaire (courses alimentaires, soins et travail quand le télétravail n’est pas possible), des sorties près du domicile (activité sportive individuelle, hygiène canine), ainsi que la pénalisation des infractions liées à cette nouvelle règle, la fermeture des frontières de l’espace Schengen.

*Covid-19: Cette pandémie de coronavirus est originaire de Chine suivie d’une pandémie dont le premier cas a été identifié dès décembre 2019 dans la ville de Wuhan. La gravité de cette épidémie semblait prévisible ? Les huit médecins de Wuhan, dont le Dr Li Wenliang, lanceurs d’alerte à propos du coronavirus, ont été dans un premier temps qualifié de traîtres par le régime chinois et n’ont malheureusement pas été pris en considération par les dirigeants des autres pays, dont la France. Il aura fallu qu’il décède du coronavirus pour que l’opinion publique et les autorités chinoises s’en émeuvent. On a tardé à reconnaître la virulence et la gravité de ce qui allait devenir une pandémie. Force est de constater qu’une fois encore les critères économiques ont pris le pas sur les enjeux sanitaires. À présent, nous sommes face à une catastrophe sanitaire, mais aussi économique qui n’aurait jamais dû prendre de telles proportions. Un jour viendra où nous en connaîtrons les raisons !

*1984, de George Orwell met en garde ses lecteurs de ce que les êtres humains sont capables de produire comme modèle politique. 1984 a pour ultime but, de nous faire prendre conscience de l’inestimable prix de la liberté.

*Mouvement des Bonnets rouges est un mouvement de protestation apparu en Bretagne en octobre 2013, en réaction à la taxe poids lourds et aux nombreux plans sociaux de l’agroalimentaire. Cette mobilisation massive pour l’emploi et contre l’écotaxe en Bretagne déstabilise le gouvernement, au point de conduire le Premier ministre à annoncer, en moins de deux mois, une grande réforme fiscale et un « Pacte d’avenir pour la Bretagne ». Après deux grandes manifestations de masse à Quimper et à Carhaix-Plouguer en novembre 2013, il se prolongea sous la forme d’un collectif.

*Gilets Jaune : Le mouvement des Gilets jaunes était un mouvement de protestation ayant débuté de façon spontanée à l’automne 2018 en France, initialement pour s’opposer à la hausse de la fiscalité sur les carburants. Alors que le mouvement s’installa dans la durée en France, des manifestations se sont déroulées dans d’autres pays avec le gilet jaune comme emblème. Le rapport avec le mouvement français était parfois ténu, les revendications étant propres à chaque pays et le port du gilet jaune étant souvent symbolique.

Amnesty International avait dénoncé « l’acharnement » de la France contre les manifestants et un système Français destiné à « réprimer » des manifestants qui, souvent, n’avaient commis aucune infraction. Une violence redoutable qui rendit le mouvement impopulaire. Avec le début de Gilet jaunisation du mouvement le pouvoir actuel évitera-t-il la violence en amplifiant les mesures d’anticipation ? Nous pourrions le souhaiter !

*Paroles: Les loups sont entrés dans Paris © Editions Majestic – Jacques Canetti

Paroliers : Albert Vidalie / Louis Bessières

Chanson de Serge Reggiani : cette satire est transposable à toutes les formes de terreurs et un hommage à l’importance d’une foi inébranlable : « quoiqu’il arrive ! »

Cette chanson est communément considérée comme une allégorie d’une certaine forme de fascisme, et une ode à la Résistance. Avec cette chanson, Serge Reggiani fut populaire auprès des jeunes de Mai 68 : on jouait « Les loups sont entrés dans Paris » dans les juke-boxes à proximité des lycées parisiens ; des anonymes la chantée dans les universités occupées… Elle était perçue en 68 comme une « chanson prophétique dans laquelle beaucoup de jeunes Français voyaient certaines conséquences d’une autorité excessive… ». Cette chanson pourrait tristement revenir d’actualité, si trop d’injustices et de violences venaient à se propager ? Cela ne sera évité qu’en impliquant les socioprofessionnels et l’ensemble des communautés au dialogue !