Herbe Folle : Savons et cosmétiques bioécologiques

Publié le 04/05/2021

C’est au cœur du Conflent, à Prades, que l’on retrouve la savonnerie Herbe Folle. Depuis 2014, la gamme propose des savons et des cosmétiques naturels et bios. Sarah Giraud la créatrice de la savonnerie nous raconte son fonctionnement.

L’histoire commence il y a une dizaine d’années, Sarah Giraud est à la recherche d’une alternative aux savons et gels douches industriels, consommateurs de plastiques et fabriqués en partie avec de l’huile de palme. Elle ne trouvera qu’une seule solution: « face à cette recherche infructueuse, j’ai décidé de produire moi même ces savons » indique celle qui travaillait auparavant dans l’environnement. Sarah Giraud se lance alors dans la fabrication de savons, un domaine bien ancré dans son histoire familiale « mes ancêtres travaillaient dans ce domaine dès 1828, du côté de Marseille. Mon arrière arrière arrière grand-père, Albert Magnan, a ouvert une savonnerie en 1914 » précise Sarah Giraud. Des années et des kilomètres plus loin, c’est elle qui fait revivre le gène familial du savon.

Une gamme respectueuse de l’environnement

La savonnerie propose 14 savons différents qui sont tous issus d’un mode de fabrication ancestral: la saponification à froid « c’est un procédé qui n’utilise pas de chaleur, et qui permet de préserver la qualité des huiles et des matières premières que j’utilise » explique la passionnée. Les ingrédients utilisés pour fabriquer les produits proviennent tous de l’agriculture biologique, « mon objectif est de proposer des cosmétiques et des savons naturels, surgras et sans huile de palme » souligne Sarah Giraud. Elle essaye également de choisir des matières premières provenant des alentours.

La savonnerie Herbe Folle travaille en conformité avec le label Nature et Progrès. « C’est l’une des mentions les plus exigeantes en cosmétiques bioécologiques, il faut respecter un cahier des charges complet qui exclut certains ingrédients. Ce qui peut être un casse-tête pour élaborer les produits, cependant la mention s’inscrit dans une démarche d’amélioration et d’évolution constante que j’apprécie » détaille la créatrice.

L’élaboration des recettes n’est pas chose aisée « pour créer mes savons, je m’interroge sur les différentes propriétés de la peau et de ses besoins, puis je recherche des matières premières. C’est un gros travail de recherches et de tests » explique la savonnière qui ne compte pas ses heures. En effet, c’est elle qui s’occupe de tout, la fabrication, la production, la commercialisation…

Les artisans savonniers se font entendre

Depuis quelque temps, la savonnerie tourne au ralenti en raison des restrictions sanitaires « les savonniers, nous n’avons pas été classés parmi les commerces essentiels, alors le magasin est fermé en ce moment » déplore la pradéenne. Une situation paradoxale, alors que le lavage de main fait partie des gestes barrières tant recommandés. Sarah et ses collègues savonniers de tout l’hexagone, ont donc mis en place le collectif #savonniersmobilisés pour se faire entendre du gouvernement. Dans ce marasme, elle reconnaît avoir un brin de chance « à Prades, la municipalité me laisse participer aux marchés le mardi et le samedi, ce qui me permet de maintenir un lien avec ma clientèle ».

En attendant de pourvoir se rendre 27 rue Pasteur à Prades, rendez-vous sur le site internet de la savonnerie artisanale Herbe Folle pour découvrir l’ensemble des produits confectionnés par Sarah Giraud.

Savonnerie Herbe Folle
Les savons de la savonnerie Herbe Folle Photo ©Laëtitia Lazizi