Perpignan-Athènes en vélo pour venir en aide aux familles réfugiées

Publié le 01/06/2021

Traverser l’Europe en vélo, c’est le défi que va relever Anaïs Forget dans les prochains mois. Entre Perpignan et la capitale grecque, un itinéraire de plus de 5000 Km pour soutenir l’association CRIBS International. La protagoniste de ce projet raconte en détail son périple.

Depuis 9 ans, Anaïs Forget vit une vie de semi-nomade. Toujours sur les routes, elle sillonne le globe « pour moi c’est un privilège, c’est une vie que j’aime et que j’ai choisie » explique celle qui a été coincée 7 mois en Bolivie à cause de la pandémie en 2020. Une fois rentrée en France, elle se lance dans un nouveau défi, rallier Athènes depuis Perpignan pour soutenir et promouvoir l’association CRIBS International.

Rejoindre Athènes et y aider les membres de l’association

« C’est une association anglaise que j’ai connu, lorsque j’habitais à Manchester, par le biais de sa fondatrice Sally Hyman avec qui j’ai eu la chance de travailler » indique Anaïs Forget. CRIBS International intervient en Grèce pour fournir des logements, aider et accompagner les femmes enceintes et les familles de réfugiés qui arrivent sur le sol athénien dans des conditions difficiles.

« Depuis 2016, l’association a permis à 50 familles d’obtenir un logement. Mes objectifs sont d’apporter un soutien, de rencontrer des gens, de leur expliquer le fonctionnement de l’association, de la promouvoir… » précise l’alsacienne d’origine. Durant son voyage en vélo elle compte aussi rencontrer des familles, aidées par CRIBS International, et qui habitent désormais en Belgique, en Allemagne, aux Pays-Bas…

L’ancienne étudiante de l’université de Perpignan espère atteindre la capitale grecque dans plusieurs mois, « je compte arriver à Athènes en octobre. Mon but est d’y rester quelque temps par la suite, ce qui me permettra de rencontrer les membres de l’association et de les aider sur place » se projette-t-elle.

Entre 5 000 et 6 000 Km au compteur

Anaïs Forget a déjà pris le départ de son périple, elle a donné ses premiers coups de pédales en partant de la cité catalane, « je suis parti de Perpignan vendredi dernier, je connais bien les alentours car j’y ai fait mes études il y a quelques années » se rappelle-t-elle. En début de semaine, la cycliste était à La Grande-Motte: « en moyenne depuis le départ j’ai fait 60-70km par jour, mais je ne me prends pas la tête, je réalise mon périple au jour le jour ».

Ce n’est pas la première fois qu’elle fait ce genre de long voyage en vélo, « j’en ai déjà effectué par le passé, en Europe du Nord et en Amérique Latine » souligne l’alsacienne de 32 ans qui autofinance son périple et qui voyage seule, hormis sa tente et son réchaud. Ce voyage correspond aussi à plusieurs besoins « en soutenant CRIBS International à travers mon projet, j’ai le sentiment d’être utile. Mais aussi d’être libre car je ne me fixe aucune contrainte de temps ou autre. Je vais en profiter personnellement pour rendre visite à des amis, rencontrer des familles aidées par l’association, visiter de nouveaux endroits et pays… » détaille la cycliste.

Anaïs Forget est encore loin de la cité de l’Attique, son périple ne fait que commencer. Il durera donc jusqu’en octobre pour une distance comprise entre 5000 et 6000 km, « tout à la force des mollets » plaisante la jeune femme. Un appel aux dons pour soutenir CRIBS International a été lancé. Pour retrouver l’ensemble des informations sur ce dernier et suivre le périple d’Anaïs Forget rendez-vous en ligne.

Le trajet approximatif que va emprunter Anaïs Forget durant son périple.