Saint-Cyprien aux côtés de l’Occitanie, plus que jamais engagée en faveur du label pavillon bleu

Publié le 06/07/2021

Labellisés Pavillon Bleu depuis 1990, le port et la ville de Saint-Cyprien sont mobilisés dans une démarche de qualité de préservation et de protection de l’environnement. L’Office de Tourisme de Saint-Cyprien engagé dans une démarche environnementale pour un tourisme durable a souhaité fédérer cette action aux côtés du service jeunesse de la ville. Ensemble, ils ont souhaité vivement participer à la vaste opération de ramassage et d’observation des déchets impulsée par le Comité Régional du Tourisme et des Loisirs (Crtl), l’association Teragir et le Parlement de la Mer.

En confirmant la Destination Occitanie comme une destination d’excellence pour la préservation de l’environnement et référence nationale pour la qualité de ses eaux de baignade ainsi que la gestion de ses sites labellisés Pavillon Bleu, le palmarès 2021 établi par Teragir récompense l’implication constante et croissante du Crtl, des communes et des ports concernés dans leur transition vers un tourisme plus durable et responsable.

Ainsi, le Crtl, a prévu cet été d’aller encore plus loin dans la démarche en s’associant au Parlement de la Mer de la Région Occitanie et à Teragir, dans le cadre de la Blue Flag Mediterranean Week, pour une opération inédite de ramassage et d’observation des déchets sur une vingtaine de sites Pavillon Bleu de la région (du littoral mais également de l’intérieur des terres).

Nettoyage de la mer à la terre

Pour mener à bien cette action plusieurs partenaires se sont associés à la ville et se déploieront sur le territoire de la mer à la terre : au port pour nettoyer les marinas et le sud du port, au parc de la Prade et vers le chemin de charlemagne. Une centaine de personnes seront mobilisées pour cette vaste opération permettant également de mener une action intergénérationnelle. A l’issue de cette matinée de ramassage, une sensibilisation sera menée par Nathalie Erre du pôle déchet de Sud Roussillon.

Partenaires : le centre de loisirs, la maison des jeunes, la résidence séniors Domitys Saint-Cyprien et Perpignan, le Lion’s Club Saint-Cyprien la Catalane, les scouts des mers (association scouts et guides de France), le port, Sud Roussillon, le Sydetom, l’Office de Tourisme de Saint-Cyprien, l’association Mar i Flo.

Il s’agira notamment de sensibiliser le grand public aux enjeux liés aux déchets et aux initiatives mises en place par les sites labellisés en Occitanie. Ce sera ainsi l’occasion de rappeler aux participants (habitants, vacanciers voire scolaires) l’impact désastreux de la pollution plastique sur l’environnement (pollution visuelle mais aussi intoxication de la faune marine qui – à 90% – en a déjà ingéré).

On estime ainsi que 600 000 tonnes de déchets plastiques sont déversées chaque année en Méditerranée dont 11 200

tonnes par la France, que 60 à 80 % de ces déchets marins sont d’origine terrestre et que 15 à 20% s’échouent sur les plages (avec 100% des plages et des ports impactés). Depuis 2020, avec la crise de la Covid-19, aux déchets plastiques et aux mégots, se sont malheureusement ajoutés les masques chirurgicaux.

Du ramassage, mais aussi de l’observation ! « Ramasser les déchets c’est bien, limiter leur production c’est encore mieux ! ». C’est fort de ce constat que les participants seront invités à observer la nature des déchets ramassés pour tenter d’en déterminer la provenance. Les résultats seront ensuite analysés par l’association MerTerre afin d’accroitre nos connaissances sur le sujet et, sur le long terme, aider à l’identification de solutions ! Le bilan de cette étude sera restitué au mois d’octobre lors de l’Atelier Pavillon Bleu 2021.

« A travers cette opération inédite, à l’ échelle d’une région, nous souhaitons collégialement sensibiliser les participants aux méfaits du surtourisme tout en donnant de la visibilité aux sites labellisés Pavillon Bleu en Occitanie et en véhiculant ainsi l’image d’un environnement de vacances sain et respecté » tient à préciser Jean Pinard, Directeur du Crtl qui espère ainsi que « de plus en plus de personnes prendront conscience que leur cadre de vie et de loisirs dépend de leur comportement et donc du respect de l’environnement dans lequel ils évoluent ».