Le Président de la Generalitat, Père Aragones, visite l’Hôpital Transfrontalier de Cerdagne

Publié le 14/09/2021

L’hôpital transfrontalier est une structure commune qui a fait l’objet d’un Traité International entre la France et l’Espagne approuvé par les parlements français et espagnols. C’est la Generalitat de Catalunya en son département Santé CatSalut qui gère côté catalan cette structure et l’État Français participe au financement de cet hôpital à hauteur de 40 % de son fonctionnement, c’est la seule structure à ce jour européenne en matière de santé qui s’affirme de jour en jour comme une idée très novatrice alors que la pandémie frappe le monde entier et en particulier l’Europe.

D’ailleurs, les patients français comme les espagnols sont accueillis communément dans cette structure dans son département Covid 19.

Les administrations française et catalane travaillent de concert sur tous les sujets et cet hôpital situé à Puigcerda sur la frontière franco-espagnole est un modèle inégalé.

Plusieurs personnalités politiques s’y sont déjà rendus depuis l’accord des ministres français à l’époque Philippe Douste Blazy, Xavier Bertran et Roselyne Bachelot qui ont œuvré pour sa création.

L’Europe avait d’ailleurs financé à 60 % sa construction.

Après avoir reçu d’autres personnalités politiques comme Arthur Mas, Laurent Wauquiez, le nouveau Président de la Generalitat Père Aragones est venu, ce 27 août visiter les installations accompagné du Maire de Puigcerda Albert Pineira. Une réunion rassemblant la Direction de l’Hôpital sous la houlette du Directeur Monsieur Vincent Rouvet et de son Directeur Adjoint Xavier Conill a permis de donner les explications et le bilan du fonctionnement après son ouverture il y a maintenant plus de 6 années.

François Calvet, Président du Comité Consultatif de l’Hôpital a esquissé les perspectives nouvelles de l’évolution de cet hôpital vers un hôpital fondamentalement européen qui pourrait à terme recevoir des chercheurs et créer un secteur universitaire qui pourrait recevoir les étudiants de tous les Pays d’Europe.

Père Aragones a ensuite rencontré les professionnels  qui lui ont fait part à la fois des difficultés et des réussites, mais aussi de leur volonté de voir  cet hôpital évoluer vers ce statut européen.