MidCat : le groupe écologiste de la Région Occitanie s’oppose fermement au projet de gazoduc entre l’Espagne et la France

Publié le 18/10/2022

Abandonné depuis 2019, le projet de gazoduc MidCat ressurgit dans un contexte de crise énergétique et d’impératif climatique. Le groupe écologiste de la majorité régionale d’Occitanie se positionne fermement contre ce projet.



Ce projet d’interconnexion gazière entre Hostalric, en Catalogne espagnole, et Barbaira, dans l’Aude, a pour objectif de relier l’Espagne et la France pour acheminer le gaz liquéfié d’Algérie vers l’Europe centrale. MidCat avait été abandonné en 2019 après le refus de la Commission de Régulation de l’Energie française d’autoriser et financer ce projet. Les raisons du refus ? Trop couteux et trop faible intérêt commercial pour les deux pays.



Si la situation géopolitique européenne et internationale n’est plus la même qu’il y a trois ans, les impacts négatifs qui résulteraient de MidCat sont pour autant inchangées :

  • un projet à contre-sens de l’urgence climatique : chaque euro investi doit favoriser le développement des énergies renouvelables ;
  • un projet à contre-sens de la préservation de la biodiversité : le gazoduc nécessite un chantier large de 35 mètres soit environ dix voies d’autoroute ;
  • un projet à contre-sens de notre souveraineté énergétique : en plus du gaz algérien, du gaz venu du Qatar ou des Etats-Unis créeront de nouvelles dépendances énergétiques ;
  • un projet à contre-sens des nécessaires débats publics qui associent pleinement les citoyens aux choix stratégiques, aussi bien locaux qu’européens .

« Nous soutenons les collectifs locaux qui s’opposent à ce projet : il ne doit pas voir le jour. Les eurodéputés de tout bord, à l’exception de ceux du Rassemblent National, ont soutenu l’amendement de Marie TOUSSAINT pour empêcher que les nouveaux projets gaziers soient

considérés comme des alternatives pour faire face à la crise énergétique.

Remettre ce projet sur la table trois ans après son rejet et soutenir qu’il nous sortira de la crise énergétique que nous traversons est un non-sens. Emmanuel MACRON a déclaré début octobre ne pas vouloir de ce projet : nous l’incitons instamment à maintenir sa position. De notre côté, dans l’Aude et dans les Pyrénées-Orientales, nous continuerons à nous opposer au MidCat, en total soutien avec les associations locales »
ont déclaré Benjamin ASSIE et Agnès LANGEVINE au nom du groupe écologiste.