Semaine régionale de dépistage des Infections Sexuellement Transmissibles et des Hépatites virales

Publié le 15/11/2021

Les Infections Sexuellement Transmissibles (Ist) peuvent concerner toute personne ayant une vie sexuelle active. Si la plus connue est le Vih, il en existe d’autres toutes aussi importantes : hépatite B, chlamydia, syphilis, gonococcie, papillomavirus, l’hépatite C…

Les Ist sont souvent asymptomatiques : les personnes peuvent être porteuses de l’agent pathogène (bactérie, virus, champignon) sans le savoir. Ces maladies peuvent alors devenir chroniques, ou conduire à des conséquences graves et être transmises aux partenaires sexuels des personnes contaminées.

C’est pourquoi les pouvoirs publics et les associations se mobilisent tout au long de l’année afin d’informer et promouvoir le dépistage pour lutter contre ces infections. La Semaine régionale de dépistage des Infections Sexuellement Transmissibles et des Hépatites virales – qui se déroule du 15 au 19 novembre 2021 – est l’occasion de sensibiliser les populations les plus à risque de développer une infection mais également l’ensemble de la population.

Les Infections Sexuellement Transmissibles les plus fréquentes sont : la chlamydia, l’hépatite B, la syphilis, la gonococcie, le papillomavirus, l’herpès génital, la lymphogranulomatose vénérienne, le VIH et dans certains cas l’hépatite C.

On peut être porteur d’une Infection Sexuellement Transmissibles sans s’en rendre compte, car il peut y avoir présence ou absence de symptôme. Connaître son statut, est la meilleure manière de pouvoir être rapidement traité-e, d’éviter des complications et de diminuer le risque de transmission à d’autres personnes, notamment les partenaires sexuels.

Les jeunes de 15 à 24 ans constituent environ 40% des publics touchés par les IST en 2013-2014, avec des niveaux de connaissances et de perception des enjeux très centrés sur le VIH, mais sans recours massif à son dépistage (50% des 15-24 ans ne l‘ont jamais effectué).

En France, il est possible de se faire dépister gratuitement en préservant son anonymat. Pour ce faire, il suffit de se rendre dans un Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic (CeGidd).

Une semaine régionale contre les IST pour PREVENIR ,DEPISTER, DETECTER et TRAITER

Recourir au dépistage des Infections Sexuellement Transmissibles permet d’établir un diagnostic précoce, une prise en charge thérapeutique précoce et donc de se donner de meilleures chances d’en être guéri.

Une semaine de dépistage des IST pour :

• Intensifier les actions de prévention et de dépistage au profit de la population générale et en particulier auprès des jeunes et des personnes éloignées du système de soins

• Informer la population sur les IST, leurs conséquences et leur fréquence de dépistage conseillée

• Faire connaître les différentes méthodes et lieux de dépistage des IST

• Diffuser à tous les professionnels de santé les recommandations nationales

Les mesures qui existent pour se protéger de la plupart de ces infections et diminuer le risque de transmission, sont :

– l’utilisation d’un préservatif (masculin ou féminin) lors de tout rapport sexuel,

– la vaccination recommandée contre le Papillomavirus et l’Hépatite B

– et la prescription de certains traitements d’urgence (TasP*, PreEP*, TPE*…)

Quand faire les tests ?

• En cas de rapport non protégé (génital, anal, oral) avec un partenaire dont on ignore s’il est porteur

• En cas de déchirement du préservatif

• Si une relation stable se construit avec un-e partenaire et que les deux partenaires ne souhaitent plus utiliser le préservatif

• En prévision d’une grossesse, pour éviter une transmission au nouveau-né

Quels moyens de dépistage ?

• La prise de sang, méthode la plus fiable, qui permet de rechercher anticorps et antigènes dans le sang dès 6 semaines après la contamination potentielle

• Les tests rapides d’orientation diagnostique (Trod) d’une infection par le Vih, l’hépatite B et de l’hépatite C, qui permettent, en 30 à 45 minutes, de rechercher les anticorps 3 mois après la contamination potentielle. Ils sont disponibles gratuitement auprès des associations spécialisées, dans le cadre d’entretiens de prévention ou de santé sexuelle

• Les autotests d’une infection par le Vih, vendus en pharmacie, aux conditions de fonctionnement identiques au TROD VIH et pouvant être délivrés gratuitement par les associations spécialisées

• Le prélèvement de liquide ou de cellules permettant de rechercher le germe contaminant en milieux génital et/ou anal et/ou pharyngé

• Par des symptômes apparents, selon le cas

Où réaliser les tests ?

• Dans tout laboratoire de biologie médicale, sur prescription de votre médecin généraliste, votre gynécologue ou votre sage-femme

• En Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic (CeGidd)

• En associations spécialisées habilitées à pratiquer des Trop

* PreEP : Prophylaxie Pré-Exposition (ou Pre-Exposure Prohylaxis en anglais).

Les sites utiles

• ARS Occitanie :

o Coordonnées des Centres Gratuits d’Information, de Dépistage et de Diagnostic (CeGidd) d’Occitanie

o Carte virtuelle interactive

o Coordonnées des Centres de Planification et d’Education Familiale (Cpef)

COHEP Coordination Hépatites Occitanie) : actions réalisées par les associations spécialisées pendant l’évènement http://www.chu-montpellier.fr/fr/corevih/evenements/

• COREVIH Occitanie : actions réalisées par les associations spécialisées pendant l’évènement http://www.chu-montpellier.fr/fr/corevih/evenements/

• Les pipelettes

• Onsexprime : anatomie, premières fois, plaisir, sentiments, IST, égalité, droits, contraception

• Réseau Périnatalité Occitanie

• Santé publique France : données épidémiologiques

• Sexosafe : orientation sexuelle, discriminations et homophobie, prévention combinée du VIH,

• Sida Info Service

*TPE : Traitement Post-Exposition (TPE) est un traitement qui permet d’éviter une contamination par le VIH suite à une prise de risque sexuel majeure