Le défi sportif du Swimrun Côte Vermeille

Publié le 18/05/2022

Au sein d’un des plus beaux décors des Pyrénées-Orientales, en longeant les sentiers littoraux et découvrant ses joyaux naturels, la 7e édition réunira les passionnés de running et de natation en eau libre. Au programme : 5 courses entre terre et mer mêlant défi sportif en équipe, découverte du patrimoine et de la flore et respect de la nature. Plus de 1 100 concurrents sont attendus, les 17 et 18 juin prochain.

Il faut s’imaginer la tension, mélange d’excitation et d’appréhension, à l’issue du départ, bonnet et lunettes de natation sur la tête et chaussures de running au pied. Le lever du soleil, le mercure qui monte, le dénivelé positif qui attend les concurrents. Quand chacun s’est élancé, tout s’accélère. Le paysage défile, la mer change de teinte, les villes s’éveillent, le goût du sel marin se mêle à la sueur et les pulsations du cœur se font plus saccadées. Bienvenue sur la Côte Vermeille, des panoramas exceptionnels sur la Méditerranée pour un événement unique dans l’Hexagone : le Swimrun Côte Vermeille.

Solidarité, abnégation et résistance physique

Le swimrun est une pratique sportive créée en 2006 en Suède qui enchaîne des phases de course à pied et de natation en eau vive, le tout disputé en binôme. En France, le Swimrun Côte Vermeille existe depuis 2016. « Il s’agit avant tout d’une course de partage, explique Sylvain Rousselat, co-créateur de l’événement avec Olivier Serra. On se doit d’aller au bout ensemble, de s’épauler, de se soutenir, ce qui différencie le Swimrun des autres événements de ce type ». Cette solidarité est primordiale pour aller au bout et gérer la répétition des efforts entre la course sur des sentiers cassants, le dénivelé important, l’adaptation au milieu marin, la résistance à la houle et au différentiel de température entre l’air et la mer (écart de 10°C).

Cinq courses sont proposées aux 1 100 participants attendus : la Kids by Argeles photo nature, réservée aux enfants de plus de 10 ans (4 km), une courte (13 km), une moyenne (26 km), une longue (47 km) et l’Ultra by Head, étape mondiale labélisée Ötillö Swimrun Merit Race, du Cap Cerbère à Argelès-sur-Mer (63 km), 2 500 mètres de dénivelé positif. Le profil des concurrents, originaires de toute la France et du monde, se répartit entre les triathlètes (20%), les licenciés en natation (10%), en athlétisme (10%) et les sportifs confirmés ou amateurs non affiliés à une fédération.

« Un des plus beaux écrins de France »

Le décor y est somptueux avec la nature préservée et le riche patrimoine local qui s’entrelace avec l’océan. Au programme ? La traversée du port de marchandise de Cerbère, l’Anse rocheuse de Paulilles, les arcades et l’eau cristalline à Banyuls, les ruelles escarpées de Collioure puis l’arrivée au port d’Argelès. « C’est un des plus beaux écrins de France, certifie Sylvain. On traverse 6 sites Natura 2000, un parc marin, une réserve marine… » Afin de rendre ce parcours possible, les organisateurs sont lancés dans une démarche écoresponsable afin d’assurer que la nature soit préservée après le passage des concurrents.

L’événement favorise également la mixité (plus de 30% de participantes) et propose un dispositif d’accueil aux personnes en situation de handicap (125 bénévoles sont mobilisés pour les épauler lors des 2 courses auxquelles ils sont conviés). Afin d’encadrer l’ensemble des participants, un impressionnant dispositif de sécurité est mis en place et compose une grande partie des 200 bénévoles impliqués dans l’organisation du Swimrun Côte Vermeille. « Sur terre et sur l’eau, des personnes sont présentes afin que les participants soient à vue sur la totalité du parcours ». Secouristes, service de premier secours, kinés et ostéopathes sont mobilisables à tout instant.

None
Akuna Matata / Swimrun Côte Vermeille

Une nouvelle course : l’Ultra en relais

Afin de démocratiser davantage la pratique et de rendre le parcours plus accessible, une nouvelle course est proposée : l’Ultra en relais, qui reprend le parcours de l’Ultra by Head (63 km). Elle se dispute par équipe de 3 à 6 équipiers qui doivent parcourir chacun un des trois tronçons de la course. Il s’agit d’une alternative pour tous les niveaux et tous les profils, notamment les comités d’entreprise et les groupes d’amis. Une façon de rendre accessible cette course à nulle autre pareil qui garantit d’en mettre plein les yeux et d’offrir une sacrée dose d’émotion à tous les participants.

EN QUELQUES CHIFFRES

  • 5épreuves
  • 7e édition
  • 1100 concurrents
  • 32 nationalités représentées
  • 10 ans (l’âge du plus jeune, 70 ans (l’âge du doyen)
  • 200 bénévoles (120 pour la partie terrestre, 80 pour la partie aquatique)
  • 38% de femmes parmi les participants
  • 72% des concurrents ont entre 25 et 49 ans
  • 79 département français représentés
  • 20% des participants sont licenciés de laFédération de Triathlon,10% de laFédération de Natation (FFN),10% de laFédération d’athlétisme (FFA)et les sportifs confirmés ou amateurs non affiliés à une fédération.